Depuis mon accident, je me sens attirée et profondément fascinée par ce que les anciens amérindiens appellent « Boucliers de médecine »


Une toile tendue à l’intérieur d’un cercle (souvent confectionné en bois) qui est réalisé une fois dans la vie d’une personne et qui l’accompagne jusqu’à son départ. Cette création exprime qui elle est et quel est son chemin dans cette vie sur Terre.


Par la réalisation et l’accrochage chez soi de cet objet fort tant dans son intention que dans sa symbolique, son propriétaire se remémore chaque jour la vision de qui il est vraiment et continuer de maintenir cette vision dans son cheminement personnel. Cela me donne des frissons jusque dans le plus profond de mes cellules lorsque j’imagine ces hommes et ces femmes créant avec des objets de la nature ces boucliers de médecine, avec la puissance de l’intention qui s’y rattache.


Cela fait un an et demi que je m’amuse à tendre des toiles à l’intérieur de cercles métalliques ou en bois selon la taille et le

projet. J’aimais (sans savoir pourquoi) qu’il y ai un vide ou un autre matériau -de la laine par exemple- entre la toile et le cadre.


Création en hommage à la rencontre entre l’océan et la terre


j’ai découvert il y a deux semaines que dans la tradition amérindienne, ce vide permet à la vision de garder sa place à l’intérieur du cadre pour que son propriétaire ne s’en éloigne pas. Je trouve cela vraiment fascinant !

Lorsque je repense aux débuts de mes expérimentations, je ne savais pas vraiment ce que je faisais, ni pourquoi.

L’idée m’est venue en réalisant deux attrapes rêves pour mon amie Simin (plein de bisous Simin si tu lis ce post 💛). en tissant la toile de l’intérieur, je me souviens imaginer la même chose avec une peinture à l’intérieur. Et c’est à partir de la

que toutes mes explorations et recherches ont commencé !

Les attrapes-rêves pour Simin


À l’heure où j’écris ce post, je suis en train de préparer ma toute première exposition solo en galerie et une grande majorité de mes œuvres exposées seront des peintures issues de ces recherches artistiques qui m’ont animées très forts ces derniers mois. J’ai l’impression au fur et à mesure de ramasser et assembler les pièces d’un puzzle. Celui de ma vie ! Quelle chance, merci merci merci 💛💛



Ces derniers jours, j’ai ressenti un besoin fort de m’éloigner des réseaux sociaux, de me retrouver.

De m’inspirer de sagesses ancestrales et amérindiennes pour apaiser certaines souffrances qui me traversent en ce moment.

J’aimerai partager avec vous les enseignements des 7 grands pères, expliqués par Grand-Père T8aminik.


1. LA RENAISSANCE : chaque matin est une renaissance, je prends le temps de saluer l’arrivée du jour, m’engager aujourd’hui pour présente, ici et maintenant


2. LE RESPECT DE SOI : Prendre le temps de se sentir bien, forte et en paix avant de donner aux autres


3. L'ACCEPTATION : tout ce que j’ai vécu sont des enseignements. Oui je souffre, mais il ne faut pas rester là et continue d’aller de l’avant, même si la guérison est un processus très lent.


4. ME PARDONNER à moi, au monde : Laisser de côté mes rancoeurs et m’autoriser à se sentir libre comme l’aigle. Ce dont j’ai souffert ne m’appartient plus. Je trouve l’amour à l’intérieur de moi et dans mes imperfections.


5. LA GUERISON : Etre honnête envers moi même et mes douleurs internes, retrouver qui je suis et être fière de qui je suis.


6. LA VERITE : être vraie envers moi même puis envers les autres

7. LE COURAGE de ne jamais abandonner, jamais.



Ces messages de sagesse ont une forte résonnance en moi, elles m'aident à retrouver ce qui est important et à ressentir ce qui m'anime au plus profond de moi. J'espère qu'elles trouveront également chez vous une place pour vous aider à vous sentir en paix avec vous même et le monde qui nous entoure.



Voici le lien de la vidéo pour écouter le message de T8aminik (ou Dominique Rankin), messager de cette sagesse ancestrale (et interviewé par la formidable Lilou Macé) bonne lecture <3





Aujourd'hui, j’aimerai partager avec vous le rôle que l’imagination a dans mon quotidien, ses facettes aussi bien positives que négatives et aussi comment je l’utilise pour grandir, m’aligner avec moi même et le moment présent.



L’imagination destructrice


Depuis mon plus jeune âge, je me sens profondément passionnée par l’art.

Un tempérament rêveur, curieux, une famille créative dans des domaines très hétéroclytes, des facilités à imaginer…


Oui IMAGINER !


Je le sais maintenant, mon imagination est mon grand pouvoir pour cette vie-ci. Je peux passer mes journées entières à simplement rêver, imaginer, visualiser.


Et pendant longtemps je passais mon temps à imaginer… ce que les autres pensaient de moi, si je serai bien vue en faisant telle ou telle action… me faire des films en n’en plus finir, tourner en rond dans des comportements qui n’étaient pas les miens en m’imaginant être quelqu’un qui réussisse socialement…Je me rends compte maintenant qu’en imaginant tous ces scénarios dans mon esprit, je me servais de ce pouvoir contre moi.


Et il m’a fallu longtemps, très loooooooongtemps pour le comprendre ! Je ne dis pas aujourd’hui que j’ai réglé tous mes schémas autodestructeurs, oh non il me faudra au moins toute la vie pour cela, ou même plus ! Mais j’apprends à les reconnaitre dès leur apparition pour m’en détacher au fur et à mesure.




L'imagination est universelle


Ce que je perçois aujourd’hui, c’est que ce pouvoir d’imaginer les choses, nous l’avons tous et toutes ! Vous allez me dire : oh non moi je n’ai pas d’imagination Chloé, c’est pas pour moi ces trucs blablabla… »

Mais si ! Lorsque je te demande de visualiser, ou imaginer un serpent, tout de suite une image te viens en tête. Et si maintenant je te dis que ce serpent est rose… vois tu , tu peux aussi l’imaginer. A partir d’un fragment de réalité que tu connais déjà, tu peux toi aussi aller chercher et créer dans ton imaginaire. Aller, pour rigoler on peux lui ajouter une queue de sirène à ce serpent rose ? :)




Les méditations créatives


Depuis peu, mes moments de création sont devenu mes méditations, comme mon rendez vous avec moi même (« moi m’aime » comme le dit si bien Lulumineuse).

Selon où je me trouve, je me laisse bercer par les bruits de la nature ou je choisi une musique de fond, par exemple des tambours amérindiens qui me transportent sans perturber ma concentration (au contraire, ces tambours favorisent l’état de créativité… peut être le sujet d’une page de journal à part entière !)


J’essaie de pratiquer mon yoga et d’écrire dans mon journal quelques pages de pensées qui embrument mon esprit avant de faire mes petits rituels de méditation créative. Le yoga et l’écriture m’aident à faire le vide, créer de l’espace physiquement, énergiquement et mentalement afin d’être disponible à 1000% dans le moment présent. J’observe mes émotions, je les laisse monter et ose les traduire en peinture. Ce n'est pas un processus facile tous les jours mais avec la pratique, l'on devient plus à l'aise. Une émotion douce aura une couleur, une texture, une forme différente d’une émotion telle que la colère… je me laisse bercer, revenant à chaque fois au moment présent et me posant sans cesse la question :


QUI JE DEVIENS QUAND JE CREE ?


Je me rends compte que créer me permet de puiser au fond de mes entrailles mais pas que… Je me retrouve très régulièrement face à des impasses, des décisions qui finalement ne me plaisent plus et je les solutionne dans l’immédiat. Je fais usage de ressources en moi que je ne connaissais pas jusque là.

Quand je peins, je deviens une version de moi qui me plait, dans le moment présent. Je me réinvente à chaque moment à travers le processus de création. J’ose, j’accepte, je me découvre dans mon unicité et mon universalité.



J’espère que ce témoignage résonnera en certaines et certains d’entre vous,

Je vous embrasse




Chloé

1
2
  • Worldwide Shipping

  • Custom orders

logo ChloHej noir_edited.png
Suscribe to the newsletter
  • Facebook - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Follow me on Instagram @chlohej

© 2019 - Chlo Hej Art